4.2.2 - Expérience : Océan Indien

 

OCÉAN INDIEN
Quel point commun entre les Caraïbes et l’océan indien ? Les coopérations régionales s’organisent.

A l’image du réseau d’AMP créé entre les îles du nord des Caraïbes, se développe dans l’océan indien plusieurs réseaux de coopérations régionales.

Dans le cadre de son plan de gestion 2012-2017, la Réserve naturelle nationale marine de la Réunion participe à plusieurs démarches :

- Le programme Islands, lancé par la Commission océan indien (COI) en 2012, concerne les pays émergents de la zone Madagascar, Seychelles, Maurice, Comores, Zanzibar et Réunion. Ce programme s’illustre par la mise en place d’un réseau d’usagers de la mer à la Réunion, commun à l’échelle de l’océan indien, pour faire remonter aux gestionnaires des AMP des données sur des phénomènes et observations exceptionnels (phénomènes rares, originaux, présence d’espèces invasives ou événements de pollution) par le biais de remontée d’alertes et de suivis rapides (rapid assessment). Ce projet est mis en oeuvre localement, à l’échelle de la réserve marine de la Réunion par la création du réseau d’observations nommé « les Sentinelles du récif »,

réseau de plongeurs-observateurs pour l’acquisition de données et d’observations sur l’état de santé des milieux récifaux. Ce projet bénéficie de fonds européens FEDER pour sa mise en oeuvre à l’échelle de l’océan indien.

- À travers la participation au projet de réseau des gestionnaires des AMP du sud de l’océan indien porté par le Parc naturel marin de Mayotte. Ce réseau vise des échanges techniques et la confrontation des expériences dans tous les domaines possibles (gestion, surveillance, éducation, protocoles scientifiques, etc.) entre gestionnaires d’AMP. Une ouverture du réseau aux gestionnaires de Madagascar est entreprise. Une première série d’échanges a eu lieu entre les gestionnaires de la RNN de M’Bouzi, la RNN marine de la Réunion, le PNM de Mayotte et celui de Mohéli (Comores) en mai 2013 et annonce le début d’une longue série.

Soraya Issop Mamode, directrice du GIP de la Réserve nationale marine de la Réunion et Karine Pothin, directrice adjointe du GIP.

 

Table des matières