4.2 - Des réseaux pour échanger

Ce qui a le plus changé ces dernières années, c’est le nombre de réseaux ; donc la possibilité pour les gestionnaires de participer à un ou à plusieurs d’entre eux : MedPAN, MAIA, viennent sur des sujets transversaux, s’ajouter à ceux déjà existants, basés sur les outils de protection (PNF, FPNR, RNF, etc.). La diffi culté pour chaque réseau, n’est pas de souligner sa différence pour exister, mais bien de cultiver la complémentarité. Il s’agit en effet de travailler ensemble, sur des sujets transversaux, de gérer au mieux des ressources limitées, et de ne pas multiplier les temps de réunion des gestionnaires. C’est là sûrement l’une des forces des réseaux thématiques tels que ceux existant sur le marin ou en outre-mer. En mer, on a tout à apprendre.

Extrait de l’interview Quatre questions à … Emmanuel Thevenin de l’Aten publié dans la lettre d’information des gestionnaires d’AMP de la façade atlantique n°5 (Juin 2013).




L’idée principale de l’articulation des AMP pourrait se résumer comme suit : fédérer les AMP c’est constituer un réseau d’aires marines protégées, un réseau d’outils pour protéger ou gérer les territoires et un réseau de gestionnaires, d’acteurs, de professionnels participant à la construction de ce réseau.

Table des matières